Historique

  • Dernier discours du Président Juvénal Habyarimana
    Soyons patients et gardons l’espoir. Faisons tout pour maintenir la sécurité de tous. Soyons fermes pour sauvegarder notre paix qui constitue la motivation de l’Accord d’Arusha. Luttons ensemble pour promouvoir l’Unité nationale. Je vous invite à garder le calme et à éviter tout acte de provocation. Luttons toutes et tous pour sauvegarder la sécurité et la tranquillité dans notre pays.
8 mars 1937
Naissance de Juvénal Habyarimana

Fils de Jean Baptiste Ntibazilikana et Suzanne Nyirazuba, Juvénal Habyarimana naquit en fin de matinée le 8 mars 1937 à Gasiza au Bushiru dans le Nord-Ouest du Rwanda, en province actuelle de Gisenyi. L'enfant qui venait de naître dans la ferveur chrétienne fut considéré comme un don de Dieu, comme son nom l'indique " Seul Dieu donne la vie ", abrégé d'un proverbe rwandais " Habyara Imana, abantu bakarera ", " Dieu pourvoit à l'essentiel, aux hommes revient l'accessoire ". Sa lignée peut être retracée du côté de son père jusqu'à la 12ème génération : Habyarimana - Ntibazilikana - Rugwiro - Ruhara - Ndabateze - Mahinda - Mpaka - Buronko - Nyamwendaruba - Nkwama - Samari - Cyuhira - Mateke. C'est une lignée du clan Abungura b'Abashyushya.

Septembre 1945
Ecole paroissiale de Rambura

Ecole primaire à l'école paroissiale de Rambura, puis à la mission catholique de Nyundo pour la 6ème (dernière année)

Septembre 1951
Petit Séminaire de Kabgayi - Ecole des Barnabites - Collège interracial de Bukavu

Humanités commencées au Petit Séminaire de Kabgayi. Dès qu'il ne se sentit plus la vocation de devenir prêtre, il demanda de son propre gré au Père Supérieur de pouvoir quitter le Séminaire. C'est ainsi qu'il put intégrer sans difficulté l'Ecole des Barnabites "Collège interracial de Bukavu".

Janvier 1959
Faculté de médecine

Diplômé des Humanités gréco-latines, il se fit inscrire à la faculté de médecine de l'Université Lovanium à Kinshassa

17 juillet 1960
L'armée nationale congolaise se révolte

Les évènements survenus au Congo obligent Juvénal Habyarimana à interrompre ses études. Le 17 juin, l'armée nationale congolaise se révolte. Les étudiants étrangers sont obligés de quitter le campus. Juvénal Habyarimana assiste aux cérémonies de l'indépendance du Congo le 30 juin 1960, événement qui va le marquer pour la suite de son avenir. Il rentre au Rwanda, sans aucune intention d'abandonner ses études de médecine. Mais avant son retour, il a l'occasion de passer un petit stage dans le journalisme, prévoyant travailler dans la presse au cas où les choses en viendraient à changer.

10 novembre 1960
École des officiers

Habyarimana se fit enrôler à l'École naissante des officiers, avec six autres jeunes républicains qui deviendront les piliers de la Garde Nationale. Dans l'ordre après Habyarimana: Pierre Nyatanyi, Aloys Nsekalije, Sabin Benda, Epimaque Ruhashya, Alexis Kanyarengwe, et Bonaventure Ubalijoro

23 décembre 1961
Sous-Lieutenant

Sorti Major de sa promotion, Habyarimana est promu Sous-Lieutenant et fut ainsi le premier officier rwandais (matricule 001).

31 août 1962
Commandant de région militaire du Sud-ouest

Le Lieutenant Juvénal Habyarimana a été affecté à Cyangugu en qualité de commandant d'une région militaire située au Sud-ouest du Rwanda.

29 juin 1963
Chef d'Etat-Major

Le Colonel belge François Vanderstraeten remit le commandement de l'ensemble des troupes au Lieutenant Juvénal Habyarimana promu Capitaine. Il devint ainsi Chef d'Etat-Major.

17 août 1963
Juvénal Habyarimana épouse Agathe Kanziga

Juvénal Habyarimana épouse Agathe Kanziga originaire de Rambura; ils auront 8 enfants.

9 novembre 1965
Ministre de la Garde Nationale et de la Police

Juvénal Habyarimana, devenu Major, entre au gouvernement comme Ministre de la Garde Nationale et de la Police, succédant à Calliope Mulindahabi.

1 avril 1971
Colonel

Juvénal Habyarimana est promu Colonel et conserve toujours le portefeuille du Ministère de la Garde Nationale et de la Police.

1 avril 1973
Général-Major

Juvénal Habyarimana est promu Général-Major

5 juillet 1973
Coup d'Etat de Juvénal Habyarimana

Coup d'Etat de Juvénal Habyarimana, les activités politiques sont suspendues et les affaires sont prises en main par le Comité pour la Paix et l'Unité Nationale. La nuit du 4 au 5 juillet, nous avons échappé à un plan odieux, cynique, digne seulement de la méchanceté de ceux qui l'ont préparé. Une liste de personnalités à éliminer avait été élaborée par l'entourage de l'ancien Président KAYIBANDA. Ce ne fut que par miracle que celui qui vous parle maintenant échappa au piège lui tendu le 5 juillet 1973 à une heure du matin. Il devait disparaître le premier, suivi d'un carnage des plus affreux. Nous avons dit NON à ce flot de sang des enfants les plus dévoués de Notre Pays. Comité pour la Paix et l'Unité Nationale et 1er Gouvernement. Au lendemain du coup d'Etat, le Général Habyarimana avait donné l'ordre de n'attenter à la vie de personne. Ce fut un coup d'Etat sans effusion de sang. Le Haut Commandement de l'Armée s'est constitué en Comité pour la Paix et l'Unité Nationale autrement appelés " Camarades du 5 juillet ":

Général-Major Juvénal HABYARIMANA

Lieutenant-Colonel Alexis KANYARENGWE

Major Aloys NSEKALIJE

Major Sabin BENDA

Major Epimaque RUHASHYA

Major Fabien GAHIMANO

Major Jean-Népomuscène MUNYANDEKWE

Major Laurent SERUBUGA

Major Bonaventure BUREGEYA

Major Bonaventure NTIBITURA

Major Aloys SIMBA.

Certains membres de ce Comité ont assuré la supervision des Ministères jusqu'à la formation du Gouvernement du 1er août 1973:

Général-Major Juvénal Habyarimana : Président de la République et Ministère de la Garde Nationale 

Lieutenant-Colonel Alexis Kanyarengwe : Ministère de l'Intérieur et des Affaires Judiciaires

Major Aloys Nsekalije : Secrétariat d'Etat au Plan National de Développement

Major Sabin Benda : Ministère des Postes, Télécommunications et Transports

Major Epimaque Ruhashya : Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage 

Major Fabien Gahimano : Ministère de la Coopération Internationale

Major Jean-Népomuscène Munyandekwe : Ministère de l'Education Nationale + Secrétariat d'Etat à la Jeunesse et aux Sports

Major Laurent Serubuga : Ministère de la Santé Publique + Ministère de la Famille et du Développement Communautaire + Secrétariat d'Etat à la Fonction Publique

Major Bonaventure Ntibitura : Ministère du Commerce, des Mines et de l'Industrie + Ministère des Finances

Major Aloys Simba : Ministère des Travaux Publics et de l'Energie

Commandant Théoneste Lizinde : Ministère de l'Information et du Tourisme.

1 août 1973
Discours Programme du Comité pour la Paix

Le Comité pour la Paix et l'Unité Nationale passe le flambeau à un gouvernement comprenant une majorité de civils et quatre militaires dont le Président de la République. Avec la mise en place du gouvernement, le Comité pour la Paix et l'Unité Nationale aurait dû normalement se dissoudre aussitôt conformément à sa raison d'être. Conçu en effet pour suppléer au gouvernement, ce comité ne devait pas survivre à la formation de la nouvelle équipe ministérielle. Il resta en place, jusqu'au 5 juillet 1975 (date de la création du MRND) sans attributions spécifiques, mais avec une préséance protocolaire sur le gouvernement et des avantages matériels de ce rang. L'équipe ministérielle formée le 1 août 1973 était ainsi composée:

1. Président de la République : Général-Major Juvénal HABYARIMANA

2. Ministre de la Défense Nationale : Général-Major Juvénal HABYARIMANA

3. Ministre de l'Intérieur et de la Fonction Publique : Lt Col. Alexis KANYARENGWE

4. Ministre de la Justice : Bonaventure HABIMANA

5. Ministre du Plan et des Ressources Naturelles : J-M. Vianney MBONYUMUTWA

6. Ministre de la Santé Publique et des Affaires Sociales : Dr Claudien KAMILINDI

7. Ministre des Finances et de l'Economie : Jean Chrysostome NDUHUNGIREHE

8. Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération : Major Aloys NSEKALIJE

9. Ministre de l'Information : Majors Aloys SIMBA

10. Ministre de l'Education Nationale : Thaddée BAGARAGAZA

11. Ministre de la Jeunesse : Commandant Pierre-Célestin RWAGAFILITA

12. Ministre de l'Agriculture et de l'Elevage : Sédécias MUGAMBIRA

13. Ministre des Postes et des Communications : Martin BUCYANA

14. Ministre des Travaux Publics et de l'Equipement : André KATABARWA

1 janvier 1974
1974: Année de l'agriculture

Année de l'agriculture

23 janvier 1974
La Garde Nationale devient " Armée Rwandaise "

La Garde Nationale devient " Armée Rwandaise ". Création de la Gendarmerie qui forma avec l'Armée Rwandaise les " Forces Armées Rwandaises " (FAR). En juin 1973, il avait été procédé, sous la pression des pouvoirs politiques, à la fusion de la Garde Nationale et de la Police sans le consentement du Ministre responsable, Juvénal Habyarimana. Au 1er août 1973, celui-ci va annoncer la création de la Gendarmerie :" Il nous a été imposé brutalement de supprimer le Service de la Police Nationale. Cela est du passé. Pour le contrôle et le maintien de la Sécurité à l'intérieur, il nous paraît cependant nécessaire de penser à doter dans un proche avenir le Pays d'une gendarmerie, légère mais très efficace. "

2 février 1974
Lancement des travaux communautaires UMUGANDA

Lancement des travaux communautaires Umuganda. Le Président Habyarimana entendait ainsi réhabiliter le travail manuel, mobiliser la population pour les travaux communautaires dans le concept de " développement endogène, auto-entretenu et autocentré " dont le premier principe fut de compter d'abord sur les propres efforts de la population rwandaise. Pour atteindre cet objectif, l'Umuganda " travaux communautaires " était souvent le moyen le plus important pour la réalisation des projets. L'efficacité était devenue réelle. La plupart des projets ne pouvaient se réaliser sans cet apport de la population qui, en 1986, s'élevait à 15 milliards de Frw et en 1990 à plus de 16 milliards sur l'ensemble des projets.

12 août 1974
Président en exercice de l'OCAM

Le Président Habyarimana est élu Président en exercice de l'OCAM (Organisation Commune Africaine et Mauricienne) à Bangui